Home Authors Billets de Ludovic Alessandria

Ludovic Alessandria

Ludovic Alessandria
44 BILLETS 2 COMMENTAIRES
Ancien cuisinier et commercial dans le milieu de l'alimentaire

Le couteau « d’office » est un couteau à lame courte (7 à 11 cm) qui sert essentiellement à éplucher, découper de petits aliments ou encore à tourner les légumes (je vous expliquerais cette technique lors d’un prochain article consacré aux taillages des légumes).
Pour toujours plus d’informations, visitez régulièrement mon blog culinaire : lagoulayedeludo.com

0 787

A l’arrivée des beaux jours (cette année, ils se font quelque peu désirer), il est agréable de grignoter, à l’heure de l’apéritif, des amuse-bouches frais. C’est pourquoi j’ai décidé de vous faire partager aujourd’hui cette recette simple et originale de guacamole rose.
Il est facile à réaliser, très aromatique, coloré et il surprend les convives qui vous demandent bien souvent la recette ensuite.

Ingrédients (Pour 2 petits bols):

– 1 betterave de 200-250gr,
– 1 gousse d’ail (violet, de préférence),
– 1 jus d’un 1/2 citron (non traité),
– 1 cuillère à soupe de vinaigre de framboise,
– 5 à 10cl de crème liquide,
– 2 pincées de cumin en poudre,
– 2 pincées de piment d’Espelette ou quelques gouttes de Tabasco,
– 1 cuillère à café de Worcestershire Sauce,
– Sel, Poivre

 
Matériel requis:
– un blender,
– une planche à découper,
– un presse-ail,
– une maryse.
Progression:
– Mettez en place le poste de travail;
– Épluchez l’ail, pressez le 1/2 citron et coupez la betterave en dés de 2 cm afin qu’elle se mixe plus facilement;
– Introduisez dans le blunder la betterave, le jus de citron, le vinaigre, la Worcestershire sauce et l’ail pressé;
– Mixez;
– Ajoutez ensuite la crème progressivement – la texture ne doit pas être trop liquide -, puis assaisonnez avec le sel et les épices.
– Enfin, à l’aide de la maryse, vous pouvez remplir vos bols et réservez au frais pendant 1/2 heure.
Comme avec le guacamole à base d’avocat, je vous conseille de le servir avec des chips mexicaines au maïs et vous pouvez l’accompagner d’un vin blanc avec un caractère plutôt minéral du type Pouilly-fumé ou bien d’un rosé.
Et bien voilà, j’espère que vous passerez un bon moment, et que vous apprécierez cette recette. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter « une bonne goulaye ».
Pour toujours plus d’informations, visitez régulièrement mon blog culinaire : lagoulayedeludo.com

0 844
 
J’ai décidé, pour ma première mise en avant, de vous faire découvrir ou redécouvrir ce fromage bourguignon si fameux et dont le caractère ravit les amateurs de fromages puissants et crémeux.
Le choix de ce produit n’a pas été anodin car avant tout, j’ADORE le fromage, mais aussi parce que l’on fête cette année les 500 ans de cet AOC (1991) devenue AOP depuis.
Pour commencer, j’aimerai mettre l’accent sur le caractère gourmand de la « bête ». En effet, ne parlons pas de régime quand nous évoquons ce fromage qui titre à plus de 50% de matières grasses mais plutôt de plaisir, c’est Le fromage gourmand par excellence. Je vous laisse le soin d’observer ci-dessous le dernier spécimen que j’ai pu déguster:
Tellement crémeux
Le pire (le meilleur je dirais plutôt), c’est qu’il sortait du réfrigérateur… Je vous laisse imaginer une 1/2 heure plus tard.
Ce fromage est fabriqué à base de lait de vache, il est à classer dans les fromages à pâte molle à croûte lavée et son petit goût significatif provient du Marc de Bourgogne avec lequel il est frotté.
Enfin, j’ajouterai que vous pouvez le trouver au lait cru et au lait pasteurisé et que, même s’il se consomme toute l’année, sachez que la dégustation sera optimum entre la fin du printemps et le milieu de l’automne.
N’hésitez pas, c’est le moment
Que boire avec l’époisses?
Comme nous le verrons un peu plus tard lors d’un article consacré aux accords vins et fromages, la plupart de ces derniers s’accordent davantage avec les vins blancs, car ils apportent l’équilibre nécessaire sans que l’aliment dénature le nectar et vice versa.
La plupart des gens sont frileux de l’expérience, bien trop habitués à servir un fromage accompagné d’un  Bordeaux ou d’un rouge bien lourd. Mais tentez l’expérience sans a priori et je vous garanti que vous serez agréablement surpris.
En définitive, vous pouvez donc servir un Bourgogne Blanc, un Marc de Bourgogne et si vraiment vous persistez dans votre idée de boire du rouge (après tout, chacun fait comme il l’entend), vous pouvez également proposer un Bourgogne rouge plutôt fin et léger.
Voilà, vous pouvez filer faire vos petites emplettes et accompagner tout ça avec une bonne baguette croustillante de chez votre boulanger préféré.
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter « une bonne goulaye ».
Pour toujours plus d’information sur les bonnes choses. Visitez régulièrement mon blog culinaire : lagoulayedeludo.com

0 1113
 
Bien souvent, on sous-estime l’importance de l’enfance dans nos comportements d’adulte alors que nous sommes en fait conditionnés par nos premières années d’existence.
Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours pris du plaisir à manger, ma madeleine de Proust étant la purée de ma grand-mère paternelle. Ma préférée était sa purée de pommes de terre et carottes à laquelle elle ajoutait des côtelettes d’agneau qu’elle avait préalablement mixées après les avoir poêlées: une sorte de Parmentier d’agneau. Un délice. J’en ai d’ailleurs l’eau à la bouche rien qu’à en évoquer le souvenir.
Par la suite, je me suis rapidement accaparé le livre de pâtisserie de ma maman, -elle qui aime à rappeler que bébé, je fouillais dans l’armoire pour jouer avec le moulin à légume que je faisais tourner frénétiquement-. Mes premières crêpes et moelleux au chocolat ont donc été réalisés à l’aide de cet ouvrage, -que je possède encore (« emprunté » à la maman avec son accord, bien entendu)- alors que je n’avais pas tout à fait 10 ans.
Le fameux ouvrage de ma maman
Progressivement, je suis devenu le cuisinier de la famille en prenant la place de la maman dans sa cuisine jusqu’à ressentir le besoin de réorienter tardivement ma scolarité vers la cuisine pour ensuite travailler dans des établissements parisiens tels que Le Train Bleu (XIIè arrondissement) ou Le Bristol (VIIIè arrondissement). J’ai eu la chance d’y apprendre les différentes techniques culinaires propres à la restauration  et découvrir des produits que je n’avais jamais utilisés ou transformés avant. Je conseille d’ailleurs à tous les jeunes qui désirent se lancer dans ce métier de multiplier les expériences dans les palaces ou grands hôtels car c’est dans ce genre d’établissement que l’on acquiert la rigueur nécessaire. J’aime à dire que j’y ai réappris les techniques de base à mon arrivée car il y avait une réelle différence de niveau et d’implication.
Fort de cette expérience, j’ai décidé ensuite de donner une nouvelle direction à ma carrière en me lançant vers un nouveau métier: commercial dans le milieu de l’alimentaire. J’ai commencé par des stages aussi variés que la vente de fromage de chèvre Bio, la vente de bières spéciales et la vente de vins et champagnes pour ensuite être embauché par un distributeur de matières premières propres à la restauration/boulangerie/pâtisserie.
Et je dois avouer que ce milieu me colle à la peau, j’aime tellement les plaisirs de la table que j’y consacre finalement ma carrière et mon temps libre. Je suis constamment à la recherche de bons produits, de bons vins, de beaux verres, de beaux couteaux, de bonnes adresses. Tout ce qui me permet de passer de bons moments en famille ou entre amis car finalement il ne s’agit là que de partage.
Partage oui, c’est le maître mot. L’existence même de ce blog résulte de mon envie de vous faire profiter de mes modestes connaissances dans le domaine en espérant commencer par vous donner du plaisir aux yeux, car c’est par là que tout commence.Voilà, je terminerai en ajoutant qu’à travers ce support, je compte aborder les plaisirs de la table dans leur globalité. Je le précise car en général, les blogs culinaires sont réservés soit aux recettes, soit aux critiques de restaurants. Je vous rassure, il y aura des recettes (en fonction des produits de saisons). En revanche, vous ne trouverez pas ici de critiques au sens propre. En effet, j’ai pris le parti de mettre en avant les bonnes adresses (restaurateurs, boulangers, pâtissiers, traiteurs, fromagers ou autres) plutôt que de désigner les mauvais élèves. Il me semble que la démarche est plus constructive pour tout le monde.
Vous trouverez également une rubrique « Matériel et techniques culinaires » qui je l’espère, vous sera utile, ainsi qu’une autre consacrée à l’actualité où je donnerai clairement mes opinions. J’évoquerai également « L’art de la table » à travers des articles consacrés aux boissons, aux verres, aux couverts et tout ce qui contribuera à vous faire passer de bons moments et enfin, chaque mois, je mettrai à l’honneur un produit différent.

J’espère que vous apprécierez ce menu et qu’il vous paraîtra appétissant.
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter « une bonne goulaye »

P.S: Ne cherchez pas dans le dictionnaire le mot « goulaye », il n’y figure pas. Seuls mes proches le connaissent puisque c’est un néologisme que j’emploie quotidiennement et qui désigne le régal, le bon repas, le plaisir gustatif.

Ludo.

Pour toujours plus d’information sur les bonnes choses. Visitez régulièrement mon blog culinaire : lagoulayedeludo.com

Restez Connecté

UA-46036041-1
%d blogueurs aiment cette page :