Accueil L'Art de la Table Thiers, capitale française du couteau

Thiers, capitale française du couteau

0 1238
 
En tant qu’ancien cuisinier et amateur de couteaux, je ne pouvais décemment pas éluder ce sujet et éviter de vous parler de cette jolie ville d’Auvergne (Puy-de-Dôme).
Lorsque je titre « Thiers, capitale française du couteau », je n’exagère pas puisque 2/3 des couteaux fabriqués en France y sont conçus (aussi bien les couteaux de cuisine, de table, que de poche) et qu’une centaine d’entreprises y consacrent leur activité.
Vous pouvez d’ailleurs y trouver le Musée de la coutellerie:
Avec mon papa qui prend la pose
Mon grand-père paternel possédant un petit pieds-à-terre dans la Loire (42), j’ai eu la chance de m’y rendre à plusieurs reprises et de ramener quelques beaux objets dont « Le Thiers » qui est une marque déposée. En voici quelques modèles de ma collection:
Le Thiers version « de poche »
Le Thiers « de table »
Si vous passez dans la région, je vous conseille d’y faire une halte, vous ne serez pas déçu par les paysages verdoyants qui entourent cette jolie commune historique caractérisée par « une ville haute » constituée d’une  partie médiévale entourée de remparts et d’une « ville basse », phénomène sans doute lié aux difficultés pour aménager le territoire en raison d’un relief capricieux. Petite anecdote: il semblerait que l’on ne puisse pas avoir de vue globale de la ville et que peu importe l’endroit où l’on se situe, on ne puisse jamais voir plus d’un tiers de la cité. Ce n’est peut-être qu’une légende, mais le concept m’a plu.
Maintenant que les présentations sont faites, entrons dans le vif du sujet.
Ce blog étant, par définition, subjectif, je vous conseillerais 2 boutiques que j’affectionne particulièrement pour ramener un souvenir de votre visite:
La coutellerie Chambriard est une valeur sûre, une entité historique puisque la famille s’est installé en 1880 en commençant par forger des ciseaux et l’entreprise s’est transmise de pères en fils jusqu’à aujourd’hui. Elle propose des pièces d’une qualité exceptionnelle et même si elle distribue des objets d’autres fabriquants locaux, les fils Chambriard continuent de proposer leurs propres créations.
Je vous conseille de faire le tour des boutiques pour dénicher le couteau qui vous correspond car chacune d’entre elles vous proposent des objets uniques avec des particularités propres à chaque fabriquant.
En ce qui concerne la boutique Franck Pitelet, je suis tombé plus récemment sous le charme de leurs créations. Tout comme Chambriard, elle propose également « Le Thiers », mais là encore avec quelques particularités. En effet, pour se démarquer des autres fabriquants, ils ont ajouté, d’un bout du manche, près de la lame, le symbole franc maçon du compas et de l’équerre et de l’autre côté une petite encoche permettant d’accrocher l’objet à une ficelle. C’est leur signature:

Le symbole franc maçonnique sur la mitre et l’encoche à l’autre bout du manche

Mais ils ont également une gamme qui les différencie fortement de la concurrence: des couteaux avec un manche en pierre de lave de volcan d’Auvergne (ailleurs, vous ne trouverez que des manches en bois, résine, corne ou inox). Ça n’a l’air de rien mais c’est techniquement très compliqué car c’est un matériau très fragile et donc très difficile à travailler et à polir, mais le résultat en vaut la peine, regardez:

Pour finir, j’aimerais évoquer une activité vraiment sympathique et peu onéreuse qui vous laissera un bon souvenir. Il y a, dans le centre ville, à deux pas des boutiques pré-citées, un atelier où vous pouvez réaliser vous-même le montage de votre « Thiers ». Il faudra vous inscrire préalablement puisque le nombre de personnes est limité et qu’il faut compter environ 1h30 par groupe. Pour moins de 30 euros, vous repartirez avec votre propre couteau avec manche en bois monté par vos soins.  Sympa, non?
Voilà, j’espère que j’aurais réussi à vous sensibiliser et à révéler chez certains d’entre vous l’envie d’aller rencontrer nos amis auvergnats, tous ces artisans méritent votre attention.
Et surtout, n’oubliez pas de donner une pièce de monnaie à celui ou celle qui vous offre un couteau (sinon, vous risqueriez de couper l’amitié ou l’amour qui vous lie).
Pour toujours plus d’informations, visitez régulièrement mon blog culinaire : lagoulayedeludo.com
Ancien cuisinier et commercial dans le milieu de l'alimentaire

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire